27 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

Les visages écrasés, de Marin Ledun

Lecture en cours

Carole Matthieu est médecin du travail dans une grande entreprise de téléphonie. Son quotidien est fait de rendez-vous avec des employés en souffrance, qu’elle écoute exprimer leur mal-être et à qui elle essaie d’apporter toute l’aide qu’elle peut. Vincent Fournier est de ceux-là. Malmené par ses supérieurs, traité avec inhumanité, il a fait une tentative de suicide et va de plus en plus mal. Le sommeil l’a quitté, et son couple est menacé. Alors pour le soulager une bonne fois pour toutes, Carole Matthieu ne voit qu’une solution. Radicale, définitive, mais à ses yeux la seule capable à ce stade de faire disparaître la souffrance de cet homme au bout du rouleau. Elle se mue alors en ange rédempteur autant qu’exterminateur, lasse d’être devenue le confesseur (elle-même se qualifie de fosse à purin) de tant de douleurs.

Carole Matthieu est la narratrice de ce récit, ce qui permet très vite au lecteur de comprendre que cette femme est elle-même victime de conditions de travail difficiles qui la mettent en danger. Placée au cœur d’un système qui est une véritable machine à broyer les hommes, elle est dès le début du roman une boule de colère prête à exploser. Prise en tenaille entre une direction qui cherche à cacher ce qui se passe en son sein pour ne pas perdre de valeur, des syndicats qui tergiversent de peur de se lancer dans un combat où ils auraient plus à perdre qu’à gagner, et bien sûr ses patients, cette femme sombre dans les abîmes de la dépression et flirte dangereusement avec la folie. Et malheureusement, la seule personne qui pourrait lui venir en aide se trouve être le policier de cette histoire ; celui qui , tombé sous son charme, ne va pas la lâcher. Dès lors, pas de rédemption possible pour ce médecin à la fois bourreau et victime d’une mécanique implacable remarquablement mise en place et décrite par Marin Ledun dans ce roman noir qui nous interpelle. En s’attaquant à une certaine réalité du monde du travail, Marin Ledun bouscule et appuie là où ça fait mal. Avec la plus grande légitimité qui puisse être puisqu’il sait de quoi il parle, ayant lui-même travaillé pour France Télécom avant que cette entreprise ne connaisse la vague de suicides que l’on sait. Ce qui rend ce livre d’autant plus intéressant, fort et dérangeant.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

~ Angelak ~ |
salon international du livr... |
MonArt swing2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Saga de l'Espace
| Total nosense
| llectures 2012