14 janvier 2012 ~ 4 Commentaires

Du son sur les murs, de Frantz Delplanque

Du son sur les murs, de Frantz Delplanque dans Critiques images-93x150     Jon Ayaramandi est une figure de Largos, ville balnéaire du pays Basque où il coule des jours paisibles. Après avoir mené une vie bien remplie et agitée de tueur à gages, il n’aspire en effet qu’à ce que sa retraite se déroule sans encombre. Le sexagénaire est heureux de se balader en bord de mer, de boire des coups avec son ami Jean-Luc, et surtout de s’occuper de la petite fille de sa jeune voisine, Perle, dont il est quelque peu amoureux. Alors lorsque celle-ci, affolée, lui demande de l’aider à retrouver le nouvel homme de sa vie, qui vient de disparaître, il ne le fait tout d’abord qu’en traînant les pieds. Mais Jon va vite lier cette étrange disparition avec un autre fait curieux survenu le même jour : le fait d’avoir croisé à Largos un ancien collègue, Burger. Dès lors, il se voit contraint de replonger dans son passé… et de rempiler.

Ainsi que l’a dit Amélie Nothomb dans une chronique du Monde des livres, dès que vous aurez entamé ce roman, vous ne pourrez plus le lâcher. Moi qui ne suis pas fan des livres très dialogués, j’avoue que je me suis laissée prendre dès les premières lignes. Car le ton de l’auteur m’a beaucoup plu. Ce personnage de papy grinçant, indigne et pourtant craquant, est délectable. Frantz Delplanque a le don des petites phrases qui harponnent et font mouche. Il sait remarquablement entamer et conclure chacun des chapitres du roman, avec un grand talent de novelliste. Et les références musicales constantes de notre papy amateur de rock, non seulement campent le personnage, mais donnent un rythme à la lecture. Une lecture endiablée donc, pour un polar sans policier que je vous recommande. Pour un premier roman, c’est une belle réussite !

4 Réponses à “Du son sur les murs, de Frantz Delplanque”

  1. Un polar sans policier ? Un papy fan de rock ? La cote Basque pour décor ? Je note !!!

  2. dissertation writing 21 mars 2012 à 14:22

    I don’t like read books of modern writers. They are boring.

  3. boat transport Australia 25 juin 2012 à 10:43

    The first line defines a unique key which is used by Solr to identify index documents. Luckily CollectiveAccess also uses similar ids internally so we can copy them without any problem. The cool thing about that is that Solr makes sure that this ID is unique among all documents so if you add a new document with an ID that already exists in this index, Solr overwrites it. You can also use this id for very fast delete calls.

  4. kamal verma 25 juin 2012 à 10:44

    The first line defines a unique key which is used by Solr to identify index documents. Luckily CollectiveAccess also uses similar ids internally so we can copy them without any problem. boat transport Australia


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

~ Angelak ~ |
salon international du livr... |
MonArt swing2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Saga de l'Espace
| Total nosense
| llectures 2012