07 mai 2010 ~ 3 Commentaires

En Italie, il n’y a que des vrais hommes, de Sara Colaone et Luca de Santis

enitalie.jpg   Une fois n’est pas coutume, je me suis plongée dans la lecture d’un roman graphique dont le sujet m’avait interpellée, à savoir la persécution des homosexuels sous l’Italie fasciste de Mussolini. Bien sûr je n’étais pas sans connaître le sort que leur avait réservé l’Allemagne nazie, à savoir la déportation dans des camps où ils étaient contraints de porter un triangle rose. Mais j’ignorais totalement le sort que leur avait réservé le Duce, qui ordonna leur confinement sur une île de l’archipel des Tremiti. Le titre choisi par les auteurs fait d’ailleurs référence à une phrase prononcée par Mussolini, révélatrice d’un déni pur et simple de l’homosexualité. Sara Colaone et Luca de Santis se sont intéressés à la question après avoir lu l’interview d’un homme qui avait vécu cet exil, interview reprise à la fin de l’ouvrage. 

Cet homme a directement inspiré le personnage principal de ce roman graphique. Ce personnage a pour nom Antonio Angelicola, ses copains l’appellent Ninella, et il est âgé de 75 ans au début de l’histoire. Deux journalistes viennent à sa rencontre afin de recueillir son témoignage. Mais il ne lui est pas facile de revenir sur cette époque douloureuse de sa vie, d’autant qu’il s’interroge sur les motivations réelles de ces deux jeunes hommes à lui faire ressusciter un passé qu’il préfèrerait oublier. Un passé paradoxalement douloureux et heureux à la fois, sur cette île qui devint un refuge en même temps qu’elle était une prison. 

Le choix de la construction de l’album sous forme de navigation constante entre les deux époques, par le biais de nombreux retours en arrière,  permet au lecteur d’apprendre ce que fut la vie de ces hommes bannis de manière totalement injuste et humiliante. Et de mettre en parallèle les deux périodes durant lesquelles se déroule l’action. Le tout dans un graphisme fin et élégant, et des tons sépias qui sont là aussi un choix heureux. Pour une première j’ai donc été conquise, mais sans doute est-ce dû aussi au fait que je suis particulièrement sensible au sujet. C’est pour moi un album à lire et à faire lire, pour découvrir et faire connaître une part bien sombre et méconnue de l’histoire de l’Italie. 

3 Réponses à “En Italie, il n’y a que des vrais hommes, de Sara Colaone et Luca de Santis”

  1. Je le note ! Ton billet me donne envie de le découvrir.

  2. Si l’histoire est intéressante , je n’ai pas réussi à apprécier les dessins et encore moins la colorisation!En revanche, j’aime bien cette couverture!

  3. Pourriez vous mentionner le titre original et l’éditeur italien pour que je puisse me procurer ce livre en Italie ? Merci beaucoup.


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

~ Angelak ~ |
salon international du livr... |
MonArt swing2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Saga de l'Espace
| Total nosense
| llectures 2012