04 mai 2008 ~ 2 Commentaires

Le village de l’Allemand, de Boualem Sansal

villageallemand.jpg     coupdecoeur.gif

Il est rare qu’un roman me touche à ce point. Le dernier en date était le chemin des âmes, de Joseph Boyden, il y a deux ans déjà. Le voilà égalé, peut-être dépassé même, par ce village de l’Allemand, magnifique et bouleversant.

Ce livre est fait du journal de deux hommes – deux frères – Rachel et Malrich Schiller. Ils sont Algériens par leur mère, Allemands par leur père, et ont été élevés en banlieue parisienne par un oncle et une tante immigrés. Leurs parents ont en effet fait le choix de les envoyer en France pour qu’ils puissent faire de bonnes études, mais eux sont restés en Algérie, à Aïn Deb. En avril 1994, le GIA commet un massacre dans ce village, et Aïcha et Hans Schiller font partie des victimes. Ce deuil terrible pour ces deux frères va malheureusement s’accompagner d’une révélation abominable sur l’identité de leur père, rendant la douleur incommensurable. Le lecteur suit, à travers ce journal, le chemin que les deux hommes vont parcourir dès l’annonce de cette vérité sur un homme qu’ils croyaient connaître. Et chaque page est belle, douloureuse… sublime. Dès la première ligne…et jusqu’à la dernière. Ce livre est à mon sens un immense roman, et m’a permis de découvrir un auteur que je ne connaissais pas. Découvrez-le vite à votre tour, vous passeriez à côté d’une grande émotion.

2 Réponses à “Le village de l’Allemand, de Boualem Sansal”

  1. Bonjour Aliènor,
    Je te crois sincèrement quand tu dis que ce livre est poignant à lire, et tu rends hommage à son auteur, et c’est une trés bonne chose, mais vu le résumé que tu donnes, je suis au regret de te dire que c’est un livre que je ne pourrais jamais lire, je ne peux pas lire un livre qui relate de la tristesse, nivoir des films qui sont tristes, je ne sais pas pourquoi, mais c’est ainsi
    Grosses bises en te souhaitant une trés belle journée ensoleillée
    Marilou

  2. Daniel Fattore 15 juillet 2008 à 09:49

    … un auteur puissant, et ce, dès le début. Je vous conseille « Le Serment des barbares », une prose de feu, et « L’enfant fou de l’arbre creux », non exempt d’une certaine tchatche, au service d’un propos également captivant. Bonne lecture!


Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

~ Angelak ~ |
salon international du livr... |
MonArt swing2 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | La Saga de l'Espace
| Total nosense
| llectures 2012